Virus aviaire H5 N8

La France relève le niveau de risque et renforce la mise en œuvre de mesures de prévention pour les détenteurs et les éleveurs d’oiseaux, de volailles et autres gibiers, sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Les mesures induites par le niveau de risque « élevé » sont pour la plupart équivalentes à celles déjà imposées dans les zones à risque particulier (ZRP) depuis le passage à risque « modéré ». Ces mesures, définies par l’arrêté ministériel du 16 mars 2016, sont donc désormais applicables à l’ensemble des communes du département et comprennent :

  • La claustration des volailles (enfermement) ou la protection de celles-ci par un filet avec réduction des parcours extérieurs, y compris pour les oiseaux détenus en basse-cours par des particuliers,

Effet collatéral de l'influenza | Gérer la claustration des volailles de plein air | Réussir volailles

  •  L’interdiction de l’organisation de rassemblements et la participation des volailles originaires des zones concernées dans les zones au risque « négligeable »,
  • L’interdiction de transport et de lâcher de gibiers à plumes,
  • L’interdiction de l’utilisation d’appelants.

De plus, les mesures suivantes sont applicables dans toutes les communes :

  •  La surveillance clinique quotidienne dans les élevages commerciaux et non commerciaux,
  • L’interdiction de compétitions de pigeons voyageurs au départ ou à l’arrivée de la France,

Colombophilie. Le pigeon voyageur chalonnais n'a pas de plomb dans l'aile

La vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

  • Pour toutes les communes du département du Rhône et de la Métropole
    • les mortalités anormales d’oiseaux de la faune sauvage doivent être déclarées à la fédération départementale des chasseurs (FDC) ou à l’office français de la biodiversité (OFB).
    • un rappel aux éleveurs de volailles qu’il convient de respecter strictement les mesures de bio-sécurité ; la surveillance clinique quotidienne des oiseaux est à réaliser. En cas de doute (augmentation de la mortalité, de la morbidité, baisse des performances en élevage ..) , l’éleveur doit informer sans tarder son vétérinaire sanitaire.
  • On considère une mortalité comme anormale lorsque l’on trouve
    • la présence d’au moins 3 cadavres d’oiseaux d’une ou plusieurs espèces dans un rayon d’environ 500 mètres et sur un laps de temps maximum d’une semaine,
    • ou la présence d’un cadavre de cygne,
    • ou la présence d’un cadavre d’oiseau appartenant aux familles suivantes : anatidé, laridé ou rallidé.la vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.
  • Les mesures de prévention
    • Les oiseaux doivent être confinés ou à défaut, protégés par un filet avec une réduction des parcours extérieurs. Ceci concerne les élevages professionnels mais aussi les oiseaux de basse-cours. Un courrier va être transmis aux élevages déclarés à la DDPP ;
    • Les rassemblements d’oiseaux (concours, expositions) sont interdits ; les oiseaux originaires de ces communes ne peuvent plus participer à des rassemblements;
    • Interdiction des transports et lâchers de gibiers à plumes et d’utilisation des appelants.
    • Les organisations professionnelles agricoles, les vétérinaires praticiens, la fédération départementale de la chasse et les responsables des zoos ont également été destinataires des mesures qui s’appliquent.

L’influenza aviaire hautement pathogène est une maladie infectieuse, virale, très contagieuse qui affecte les oiseaux.

Information :
Site internet du ministère de l’agriculture et de l’alimentation
Communiqué de presse Influenza aviaire
liste des communes en zones à risques particuliers du Rhône